{ L’élégante ville de San Pellegrino }

Dans la Valle Brembana, devenue au cours du XXème siècle une des localités touristiques préférées de la haute société, mais qui était déjà bien connue au Moyen-âge pour ses eaux thermales, évoque encore aujourd’hui les ambiances de luxe de la Belle Époque.

 

En effet, l’image de San Pellegrino est strictement liée aux interventions d’urbanisme de l’architecte milanais Romolo Squadrelli, appelé en 1902 pour changer l’aspect de cette ville, pour la doter de structures d’accueil et de divertissement des hôtes.

 

Véritable bijou de l’architecture Liberty, l’édifice scénographique du Grand Hôtel trône sur la rive de la rivière, avec seux longues ailes symétriques qui se réunissent dans le grand corps central, surmonté d’un grand dôme et décoré de motifs floraux.

 

À seulement vingt-cinq kilomètres de Bergame, au cœur des montagnes de la Val Brembana, San Pellegrino était devenue un endroit à la mode et très fréquenté en plein milieu de l’inoubliable Belle Époque. Dès le début du XXe siècle déjà, San Pellegrino Terme s’était équipée de structures et de services qui enchantaient les visiteurs et qui contribuèrent à diffuser sa renommée.

Le complexe du Casino remonte à 1904 avec son entrée scénographique, son escalier monumental et ses splendides pièces dont le Salon des Fêtes ; à côté, les Thermes plongées dans la verdure avec des salles et des porches où l'éclat des marbres, des mosaïques et des splendides vitrages allait de pair avec des équipements sanitaires et des services à l’avant-garde ; plus en bas, aligné le long du Brembo sur lequel domine avec sa façade de 128 mètres, le colossal Grand Hôtel, construit en 1905. Le style liberty s'alliait au goût et au plaisir d’une société cosmopolite.

Ses eaux

Excellentes pour combattre les calculs, les maladies du foie et de l’appareil digestif, les sources de San Pellegrino étaient déjà connues au Moyen-Âge mais ce n’est qu’au XVIIIe siècle que l’on commença à en exploiter les vertus thérapeutiques. Vers la fin du XVIIIe siècle et au début du XXe siècle, la localité devint un centre thermal de premier ordre. La Grande Guerre marqua le déclin des thermes tandis que ne cessait de se développer l’exploitation de ses excellentes sources. L’eau minérale S. Pellegrino est sur les tables du monde entier.

Diapositive9

Fontaine gratuite uniquement pour les habitants de San Pellegrino :-)

Diapositive1

Diapositive2

Diapositive3

Diapositive4

Diapositive5

Diapositive6

Diapositive7

Diapositive8